Le_long_du_témoignage.jpg

          Dans les années 50, dans une petite localité de la Côte d’Albâtre, Saint-Valéry-en-Caux, ma famille est en contact pour la première fois avec l’Evangile. La Puissance de Dieu se manifeste par la guérison miraculeuse de l’un de mes deux frères.

 

          De cette manière, j’ai le privilège d’être en contact avec la Bible, dès mon plus jeune âge.

 

          Les classes d’instruction biblique pour les enfants, puis pour les ados, contribuent à créer et à faire grandir en moi un réel intérêt pour les Saintes Ecritures et à m’apprendre à faire confiance à Dieu.

 

          Ce cadre de vie a aussi pour effet de créer en moi un sentiment de suffisance et d’irréprochabilité devant Dieu, au regard de ce que sont et font les autres jeunes de mon âge. Le besoin de repentance, de pardon et de conversion à Dieu est pour les autres…, ceux qui ne viennent pas à l’église.

 

          Un jour que je suis seul chez mes parents, la Bible ouverte sur la table de la salle à manger, les textes de l’Epître de Paul aux Romains : « Tous ont péché et sont privés de la Gloire de Dieu… », « il n’y a pas un juste, pas même un seul… » parlent  à mon cœur d’une manière inhabituelle. Ces textes lus de nombreuses fois, sur lesquels j’ai entendu bien des sermons, résonnent d’une manière particulière au fond de mon cœur. Ce jour-là, je réalise vraiment l’importance de l’œuvre de Jésus à la croix pour moi, et je demande au Seigneur de pardonner mes péchés et de me purifier. Ce jour-là aussi, je comprends la nécessité d’obéir au Seigneur Jésus en me faisant baptiser. Cette décision se concrétise le 26 juin 1966. J’ai alors seize ans.

 

          Quelques mois plus tard, le Seigneur me fait la Grâce de son Esprit.

 

          Ces merveilleuses expériences impriment dans mon cœur le désir de servir le Seigneur. Cela se concrétise de diverses manières, tant dans des tâches matérielles, tel que le nettoyage du lieu de culte, que dans les visites aux malades et la diffusion de la Parole de Dieu.

 

          Je suis reconnaissant au Seigneur de bien vouloir nous utiliser, mon épouse et moi-même,  dans son œuvre et de nous accorder ainsi sa confiance.

Francis Burette